Quelques précautions alimentaires simples associées à une bonne hygiène locale indispensable sont les facteurs propices à une cicatrisation rapide et sans complication. Dans les premiers jours, elles vous permettront de suppléer aux difficultés masticatoires transitoires et d’éviter le détachement du caillot qui s’est formé dans l’alvéole et la reprise des saignements. Evitez, pour la même raison, de passer la langue sur la plaie, d’aspirer et de forcer l’ouverture de la bouche et la traction des lèvres en cas de limitation temporaire ou d’œdème.

 

Le premier jour Il est normal que vous ressentiez de l’inconfort. Ce degré de malaise est variable d’une personne à l’autre et d’une chirurgie à l’autre. Pour en pallier les inconvénients :
• Attendez que cessent les effets de l’anesthésie avant de vous alimenter.
• Ne buvez pas d’alcool et abstenez-vous de fumer si possible ( et au moins durant les premières 48 heures post-opératoires).
• Prévoyez des repas légers liquides ou semi-liquides lisses froids ou tièdes, que vous pouvez fractionner pour un meilleur confort digestif, à base de : potages type crèmes ou veloutés de légumes, purées lisses et fluides - jus de fruits ou de légumes non acides (éviter le jus d’orange ou de pamplemousse) - smoothies (type Knorr Vie, Fruit addict Andros ou autre marque) - laitages natures ou aromatisés : lait aromatisé, yaourts, fromage blanc, petits suisses - flan sans grain (semoule ou riz) - milk shake - compote sans morceaux de fruits…
• Évitez les aliments chauds, trop épicés et acides ou de boire avec une paille ce qui favoriserait le saignement.

Déjeuner et dîner : • Potage ou purée de légumes ou de pommes de terre enrichi de jaune d’œuf, fromage fondu ou jambon mixé • Laitage nature ou aromatisé •Jus de fruit ou smootie ou en collation

 Petit-déjeuner :
•  Une boisson tiède : thé, café tiède ou lait aromatisé
•  Yaourt, fromage blanc lisse ou flan sans grain
•  Un jus de fruit ou un smootie
•  Compote  (ou en collation dans la matinée)

Déjeuner et dîner :
•  Potage ou purée de légumes ou de pommes de terre enrichi de jaune d’œuf, fromage fondu ou jambon mixé
•  Laitage nature ou aromatisé
•  Jus de fruit ou smootie ou en collation

 

Le deuxième et troisième jour Sauf complications imprévues comme persistances de saignements ou/et de douleurs (en aviser votre praticien) passez à une alimentation plus consistante molle et tiède comprenant - œufs coque ou pochés - quenelles - terrines de viandes ou de poisson sans morceaux ou jambon mouliné - pâtes, pommes de terres et/ou légumes tendres très cuits en potage, en purée, sous forme de flan ou de mousseline ou plus simplement écrasés à la fourchette et éventuellement nappés de fromage fondu ou à cuisiner (Boursin cuisine ou autre marque) ou de jus de viande, de coulis de tomates ou autres sauces lisses, laitages et compotes sans morceaux, crèmes glacées ou sorbet sans morceaux.

 

Petit-déjeuner :
élargissez en ajoutant
• Pain de mie, pain tranché à sandwich ou à hot-dog, pain au lait
avec beurre et/ou gelée de fruit ou miel, ou biscuits mous trempés (madeleines, quatre-quart, marbré…)
ou céréales à petit-déjeuner simples (type corn flakes ou pétales de maïs, graines soufflées ou flocons nature) bien ramollies dans du lait chaud sans pépites, ni éclats de fruits secs (amandes ou noisettes)

Déjeuner et dîner :
Potage (facultatif)
• Quenelle coulis de tomates
• Pâtes bien cuites ou Pommes de terre
• Œufs pochés
• Epinards hachés
• Flan au caramel
• Petits-suisses
• Compote de poire
• Purée de banane
• Jus de fruit ou smootie en collation
NB : pommes de terre ou pâtes remplaçant temporairement le pain au cours des repas.

 

L’utilisation de produits diététiques est inutile. Les denrées alimentaires courantes permettent de préparer des repas appétissants. Vous pouvez avoir recours, faute de temps pour les cuisiner, aux préparations du commerce lyophilisées, en conserve, sous-vide ou surgelés qui proposent une large gamme de potages, purées de pommes de terre ou de légumes, plats cuisinés, sauces, laitages, compotes, glaces et sorbets.

 

Les jours suivants Agrémentez votre alimentation de mets plus solides de façon graduelle.

 

Les aliments doivent encore être très tendres, bien cuits, en petits morceaux ou hachés afin que les mouvements des mâchoires puissent les écraser suffisamment avant d’avaler.

• les viandes hachées en plat (steak haché, pain de viande) ou en préparations (hachis parmentier, légumes farcis, spaghettis bolognaises, cannellonis, lasagnes…), le jambon ou les charcuteries tendres en petits morceaux
• le poisson poché, en sauce ou en préparation (brandades, gratins, acras…) puis grillé
• les œufs durs, brouillés, cocotte ou en omelette
• les farineux (riz et semoule), les légumes secs (pois cassés, lentilles, haricots blancs) et les légumes bien cuits.
• les laitages et fromages à pâte molle. Râpez les pâtes dures comme gruyère, emmenthal, cantal, comté… et réservez les pour parfumer vos légumes en évitant qu’ils ne forment une croûte dure à la surface de la préparation.
• les fruits tendres pelés, très mûrs et coupés en petits dés : banane, poire (évitez les poires rochas qui restent dures même à maturité), pêches, abricots, kiwi, melon… Les autres cuits (pommes), en purée ou en compote surtout s’ils sont fibreux ou en coulis ou en veloutés filtrés pour les fruits à akènes comme framboises, mûres, fraises…
• les pâtisseries molles (mousses, bavarois, baba au rhum, éclairs…)
• le pain sans la croûte (plutôt du pain long ou de la miche qui comporte moins de croûte et plus de mie que la baguette)

 

Augmentez les temps de cuisson des aliments cuits à l’eau ou à la vapeur comme les légumes et les féculents pour les rendre bien tendres. Par contre, ne pas trop frire les viandes et poissons en surface pour éviter de les durcir, les dorer légèrement, baisser le feu et les laisser mijoter à couvert dans une sauce ou un jus pour qu’ils ne se dessèchent pas.

 

Déjeuner et dîner :
• Dés de pamplemousse
• Lapin à la moutarde
• Haricots verts fins
• Chèvre frais
• Bavarois
• Potage ou salade tendre
• Boudin (sans la peau)
• Pomme au four
• Yaourt
• Dés de mangue
• Pain

 

Augmentez graduellement la consistance des aliments au fur et à mesure que vous récupérez vos capacités masticatoires jusqu’à aboutir à une alimentation normale.

 

Soyez plus prudents en cas de pose d’implants, évitez d’exercer des pressions sur ceux-ci durant les 4 premières semaines en maintenant une alimentation molle et en étant plus progressif dans la réintroduction des aliments plus consistants. En cas de doute dans le choix d’un aliment, abstenez-vous. Mieux vaut faire trop attention que pas assez. Bannissez systématiquement les aliments durs et croquants qui peuvent fissurer, ébrécher ou endommager vos nouvelles dents (tels que le nougat, la croquante, les fruits secs entiers comme amandes, noix de cajou, macadamia…) ainsi que les bonbons collants (type caramel). 

Membre de

ADF

Membre de

efp

Parutions

Clinical Periodontology

Objectif Paro

Partenaires

Contact

À vos agendas

Suivez-nous

Facebook Linkedin

Écrivez-nous

Société Française de Parodontologie et d'Implantologie Orale
9, Rue Boileau
44000 NANTES

tél : 0240080663
fax : 0240080647
Société Française de Parodontologie et d'Implantologie Orale - 9 rue Boileau - 44000 NANTES - Tél: 0240080663